L'équipe-type de la 21e journée


L'équipe-type de la 21e journée de Ligue 1.
L'équipe-type de la 21e journée de Ligue 1.

La rédaction de MadeinFOOT s'est rassemblée pour composer son équipe-type de la 21e journée de Ligue 1, jouée cette semaine. On y retrouve trois Parisiens, deux Marseillais, un Niçois, un Messin, deux Lyonnais, un Angevin et un Amiénois.


L’ÉQUIPE-TYPE DE LA 21E JOURNÉE

  • Gurtner (Amiens) : un peu court sur le but de Skhiri, le portier amiénois s'est bien repris ensuite et a permis aux siens d'espérer jusqu'à leur égalisation contre Montpellier (1-1), en repoussant les tentatives de Lasne (36e), Skhiri (65e) et surtout Mbenza (70e). En fin de match, il s'est aussi imposé devant Giovanni Sio, en captant son enroulé du gauche (86e).
  • Sarr (Marseille) : l’ailier de formation a encore fait apprécier sa tendance naturelle à se projeter vers l’avant, en se montrant à l’origine de plusieurs actions marseillaises dans la victoire de l’OM sur Strasbourg (2-0). Après quelques déboulés dont ses coéquipiers n’ont pas su profiter (58e, 69e), le latéral droit a été à l’origine du second but olympien, inscrit par Payet. À noter également son très bon comportement sur le plan défensif, avec 6 duels aériens remportés et 9 dégagements au total.
  • Thomas (Angers) : le défenseur de 29 ans n'avait pas encore marqué en 2017-2018 (en 20 matchs de Ligue 1). Voilà qui est chose faite avec son doublé inscrit de la tête (sur deux offrandes de Mangani), décisif dans le succès 3-1 du SCO sur Troyes et qui pourrait s'avérer extrêmement important dans la saison angevine.
  • Kimpembe (PSG) : avec 64 ballons touchés, 8 duels et 9 ballons récupérés, Presnel Kimpembe a été infranchissable contre Dijon. Dans la large victoire des siens (8-0), le jeune Parisien a initié, très souvent, le pressing de ses coéquipiers. Le gaucher a fait partie des premiers relanceurs, de quoi créer de nombreux problèmes dans la sortie de balle adverse.
  • Mendy (Lyon) : avec Fekir (voir plus bas), le latéral gauche a été le joueur le plus en vue sur la pelouse de Guingamp (victoire 0-2 de l’OL). Sur son côté gauche, l'ancien Havrais a totalement fait oublier Marçal, le titulaire habituel. Passeur décisif sur le second but d'une louche astucieuse, il est aussi à l'origine du premier but lyonnais. Avec 78 ballons touchés, 89% de passes réussies, 4 centres, 2 passes avant un tir, mais aussi 13 récupérations de balle, le gaucher a rayonné sur le pré.
  • L.Gustavo (Marseille) : comme à son habitude, l’international brésilien a joué le rôle de métronome dans l’entre-jeu phocéen. Au-delà de couper la plupart des offensives adverses (3 tacles, 5 interceptions), il a impulsé le jeu de son équipe grâce à des passes, souvent précises (83% de réussite), qui ont permis de casser les lignes strasbourgeoises.
  • Lo Celso (PSG) : le petit argentin de 21 ans rayonne au poste de sentinelle, et l'a encore prouvé hier soir contre Dijon. 1 passe décisive, 92 passes, 100% de duels gagnés (11/11), 117 ballons touchés, El Mono est aussi à l'origine du deuxième but parisien grâce à un pressing efficace. Petit à petit, Lo Celso prend ses marques dans l'entre-jeu du PSG.
  • Dossevi (Metz) : le milieu offensif des Grenats a livré un très bon match face aux Verts (3-0). Remuant, il a été l'homme clé de Frédéric Hantz pour mettre du liant dans le jeu offensif messin (3 passes avant un tir). Auteur d'un très joli but, son premier de la saison, il a mis à mal l'arrière garde ligérienne pendant 93 minutes grâce à sa qualité de dribble (4 réussis).
  • Fekir (Lyon) : le capitaine de l'OL commence 2018 tambour battant. Dans tous les bons coups à Guingamp, le Rhodanien a apporté le danger à de multiples reprises sur les cages de Johnsson : 5 frappes (3 cadrées), 9 centres, 5 passes avant un tir, et un but. Un peu plus bas que d'habitude sur le terrain, Fekir n'a pas rechigné sur les tâches défensives (3 tacles, 1 interception). Une montée en puissance à confirmer face à Paris dimanche.
  • Neymar (PSG) : côté droit, côté gauche, dans l'axe... Neymar Junior a été le véritable cauchemar des Dijonnais mercredi soir. Le brésilien a rythmé le jeu du haut de ses 4 buts et 2 passes décisives (1er joueur en L1 à être impliqué dans 6 buts sur le même match) et ce n’est pas un hasard si la rédaction de MadeinFOOT lui a attribué, pour la première fois, la note de 10/10. La soirée s’est malheureusement mal terminée pour lui avec les sifflets du Parc des Princes, qui aurait préféré le voir laisser le penalty du 8-0 à Edinson Cavani...
  • Balotelli (Nice) : assez discret en première période, l'international transalpin a attendu le deuxième acte pour se montrer. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a grandement fait souffrir l'arrière-garde monégasque. Il a d'abord égalisé juste après la pause, en se défaisant du marquage rugueux de Kamil Glik, avant de donner l'avantage aux Aiglons en se jouant d'Andrea Raggi. Ses 17e et 18e buts de la saison, toutes compétitions confondues. Malheureusement, cela n'a pas suffi pour repartir avec les trois points de Louis II, où le Gym a concédé le nul en fin de match.