L1

Le LOSC frappe fort en ce début de championnat

Commentaire(s)
Lille impressionne depuis le début de saison
Lille impressionne depuis le début de saison

Le LOSC est l'équipe en forme de ce début de saison. Premiers de Ligue 1 et encore invaincus, les hommes de Christophe Galtier sont éblouissants, à commencer par Renato Sanches, Burak Yilmaz et Jonathan Bamba.

Premier de Ligue 1 depuis hier soir, le LOSC a confirmé son excellent début de saison en sortant vainqueur, haut la main, du derby du Nord face à Lens (4-0). Les Dogues, qui vont entrer en lice en ligue Europa ce jeudi contre Prague, prouvent aussi que les méthodes de travail de Christophe Galtier sont efficaces et que le mercato est parfaitement bien géré.

Botman et Yilmaz, les bonnes pioches

Que ce soit face à Lens ou depuis le début de la saison, certaines recrues se sont déjà installées dans le XI de départ et font office de cadres. Sven Botman (20 ans), venu remplacer Gabriel parti à Arsenal, a rapidement montré ses qualités au côté du vétéran José Fonte. Solide dans les duels, plutôt rapide et surtout très à l'aise balle au pied, le Batave, arrivé de l'Ajax contre 8 millions d'euros, est déjà l'un des meilleurs défenseurs de Ligue 1. En attaque, Burak Yilmaz impressionne aussi du haut de ses 35 ans et pour sa première aventure hors de la Turquie. Sur le front de l'attaque, le colosse turc d'1m88 multiplie les courses, les phases de pressing, les duels avec les défenseurs. Hier encore, contre les Lensois, il a ouvert la marque pour inscrire son troisième but de la saison (+1 passe en 7 matchs) et surtout pesé lourd sur la défense.

Renato Sanches et Jonathan Bamba impressionnent

Mais les Dogues peuvent aussi compter sur deux éléments forts : Renato Sanches et Jonathan Bamba. Pour sa deuxième saison dans le Nord, le milieu de terrain portugais continue d'impressionner et de régaler semaine après semaine. Dans le 4-4-2 de Christophe Galtier, il s'éclate dans ce rôle de box-to-box qui lui va à ravir et fait parler sa technique dans l'entrejeu. Solide sur les appuis et dans les duels, l'ancien du Benfica délivre énormément de passes clés (3 hier) et multiplie les touches de balles (88). Jonathan Bamba, l'un des membres de la Bip-Bip en 2018-2019, retrouve aussi son football, lui qui était orphelin de Nicolas Pépé l'an passé. Conscient de sa très mauvaise année 2019-2020, l'ailier français a promis de revenir fort et le démontre depuis le début de la saison : 3 buts, 4 passes décisives en 7 matchs.

Un banc très fourni

Outre le XI titulaire performant, Christophe Galtier a de la matière sur le banc de touche pour compenser des blessures ou des baisses de forme. Ces derniers temps, le technicien se permet même de mettre Jonathan Ikoné, international français, sur le banc, à l'image des matchs face à Marseille ou Lens, au profit de Luiz Araujo. Le petit Brésilien s'émancipe cette saison et est encore en quête de régularité mais les absences régulières de l'ex-Parisien dans le XI de départ interrogent. Outre le cas Ikoné, que Christophe Galtier devra régler rapidement, d'autres joueurs de grands talents étaient sur le banc hier comme Boubakary Soumaré ou encore Xeka et Yusuf Yazici. Les places sont chers au LOSC et la concurrence est énorme. Heureusement pour le technicien, le groupe vit relativement bien et il n'y a visiblement aucun problème dans le vestiaire.

La seule ombre au tableau : Jonathan David

Les prestations de Jonathan David sont les seules ombres au tableau du début de saison lillois. En grande difficulté en attaque, le Canadien de 20 ans, plus gros transfert de l'histoire du LOSC avec 27 millions d'euros cet été, peine à retrouver sa forme physique et sa confiance affichée à La Gantoise depuis 2018. En cruel manque de confiance, le jeune joueur offensif n'a probablement besoin que d'un but pour lancer, véritablement, son aventure à Lille et Galtier tente, à chaque match, de le mettre dans les meilleures conditions. Ce passage à vide doit toutefois aider David à grandir rapidement. À lui, désormais, de se mettre la tête à l'endroit et de faire vibrer, enfin, les filets adverses.