LOSC

Bielsa réclame une fortune !

Commentaire(s)
Le bras de fer ne fait que commencer entre Marcelo Bielsa et Gérard Lopez.
Le bras de fer ne fait que commencer entre Marcelo Bielsa et Gérard Lopez.

Ecarté par le LOSC fin novembre, pour des résultats sportifs en berne et une gestion du groupe pas irréprochable selon ses dirigeants, Marcelo Bielsa ne compte faire aucun cadeau au club nordiste. D'après L'Equipe, il lui demande plus de 18 millions d'euros d'indemnités et a déjà préparé le terrain pour parvenir à ses fins.

Connu pour son exigence et sa rigidité avec les groupes de joueurs qu'il a pu diriger dans sa carrière d'entraîneur, Marcelo Bielsa transpose ces traits de caractère dans ses relations avec ses employeurs. Ou plutôt ses ex-employeurs. Les dirigeants du LOSC peuvent en témoigner : depuis qu'ils l'ont remercié fin novembre, El Loco n'en démord pas, il veut récupérer les indemnités de licenciement qui lui sont dus, selon lui. Et la somme que l'argentin a calculée atteint des hauteurs insoupçonnées !

"Bielsa peut-il couler Lille ?", interroge carrément le journal L'Equipe dans son édition du jour. Nos confrères révèlent que le technicien argentin réclame au LOSC 18,6 millions d'euros, soit l'addition de ses salaires restants (13,6 M€) et du préjudice causé par son licenciement (5 M€). Pour s'éviter d'avoir à débourser une telle somme, l'état-major lillois compte faire reconnaître à son ancien coach une faute grave, ce qui aboutirait selon le droit français à une privation des indemnités de licenciement.

Mais Bielsa à la parade ! Dans un pré-contrat qu'il avait secrètement signé avec le LOSC l'an dernier, il avait inséré une clause stipulant que "si le club décidait de rompre et/ou résilier le présent contrat avant son terme convenu et faisait pour n'importe quelle raison arrêter le technicien dans l'exercice de ses fonctions et facultés citées dans le présent contrat, il devra l'indemniser par le paiement de toutes les quantités prévues dans celui-ci pendant la durée en vigueur précisée". Autrement dit, si elle est reconnue (la commission juridique de la LFP doit en décider à partir de mardi prochain), cette clause obligera le LOSC à dédommager Bielsa.

Angers et St-Etienne pourraient s'en mêler...

En parallèle, El Loco (qui n'est pas si fou), voyant que ses salaires restants dus n'ont pas été payés, a saisi le tribunal de commerce de Lille, mi-janvier, pour que le club lillois soit déclaré en cessation de paiement. Cela pourrait entraîner une procédure de redressement judiciaire. On n'en est pas encore là, puisque la commission juridique de la Ligue doit encore se prononcer sur l'examen des contrats signés entre les deux parties et que le conseil des prud'hommes doit également rendre une décision sur cette affaire. En revanche, la requête de Bielsa pourrait aboutir à un audit sur les finances du LOSC et plusieurs créanciers pourraient en profiter pour réclamer leurs dus, comme St-Etienne et Angers qui attendraient toujours le paiement des transferts de Kevin Malcuit et Nicolas Pépé.

Déjà dans le viseur de la DNCG (direction nationale de contrôle de gestion), qui l'a interdit de recrutement le 12 décembre dernier tout en l'obligeant à dégager des liquidités durant le mercato (la vente de Martin Terrier à Lyon a rapporté 11 M€ + 4 M€ de bonus), le club de Gérard Lopez est dans de sales draps. Et à la question "Bielsa peut-il couler Lille ?", on serait tenté de répondre par l'affirmative...