LOSC

Gérard Lopez explique le fonctionnement de la cellule de recrutement

Commentaire(s)
Lopez explique le fonctionnement de la cellule de recrutement
Lopez explique le fonctionnement de la cellule de recrutement

Gérard Lopez est revenu, en longueur, sur les méthodes de fonctionnement de la cellule de recrutement du LOSC. Une stratégie payante lorsque l'on voit les très bonnes pioches nordistes ces derniers mois.

Depuis son arrivée à Lille, Gérard Lopez a mis en place une impressionnante cellule de recrutement. Dirigée par Luis Campos, le directeur sportif, cette dernière fonctionne très bien et est à l'origine des arrivées de Nicolas Pépé, Jonathan Ikoné, Jonathan Bamba, Victor Osimhen, Zeki Celik, et tant d'autres... Interrogé par AS, le propriétaire du LOSC a dévoilé sa méthode de fonctionnement pour scouter les meilleurs jeunes.

"Luis Campos ne peut pas être sur 300 terrains en même temps" explique Lopez. "Luis et son équipe, 29 personnes travaillent avec lui, étudient d’abord des données et ensuite sélectionnent les joueurs à superviser. Nous avons une base de données de scouting qui est unique". Au total, les scouts du LOSC analysent plus de 2000 footballeurs chaque année ! "Nous analysons des données plus complexes, comme le rapport entre un joueur et un système. (...) C’est un schéma complexe, mais facilité par notre logiciel. Nous avons une analyse très profonde en temps réel. Puis, nous appliquons la technologie au niveau nutritionnel, médical...".

"Si le jugement sur un joueur est bon pour dix personnes l’ayant supervisé, le risque d’erreur est moindre".

Pour organiser cette équipe de 30 scouts, Lopez a "un groupe fixe de recruteurs" en France, avec "un circuit en Afrique très développé et cinq personnes qui surveillent l’Europe du Nord, de l’Est et l’Amérique du Sud". A noter qu'une rotation est mise en place afin qu'un joueur soit observé par plusieurs scouts différents. "Ces groupes changent tous les deux-trois mois, laissant leurs données à ceux qui leur succèdent. Si le jugement sur un joueur est bon pour dix personnes l’ayant supervisé, le risque d’erreur est moindre".

Ce gros investissement et cette impressionnante organisation sont essentiels, selon lui, pour savoir vendre. "Les affaires, c’est savoir recruter. Vendre sans savoir recruter ne te mène nulle part. Pour savoir vendre, il faut savoir recruter. C’est l’une des forces de notre projet et tous les clubs n’ont pas cet équilibre. (...) C’est un projet basé sur les jeunes joueurs, nous sommes l’effectif le plus jeune de Ligue 1 et de la Ligue des Champions, c’est un projet très dynamique, basé sur les ventes et les arrivées, fondé sur les technologies en matière de scouting et aussi en matière de gestion de la captation et de la formation, sur et en dehors du terrain". De quoi donner des idées aux autres clubs de Ligue 1 ?