LOSC

Gourvennec, des débuts d'entraîneur contrariés

Charles Roger

Alors que les supporters lillois attendaient un grand nom pour le retour du club en Ligue des Champions, nombreux furent surpris d’entendre que le nouveau club du coach serait au final Jocelyn Gourvennec, un entraîneur français à l’expérience assez limité et qui n’a jamais participé à la C1. Toutefois, il ne faut pas oublier que Christophe Galtier possédait un profil assez similaire avant son arrivée dans le Nord avec sa seule expérience à Saint-Etienne, loin d’être un cador de la Ligue 1, comme seul vécu.

Mais étant donné que le LOSC est champion de France en titre, on pouvait espérer un nom un peu plus ronflant sur le banc de Lille pour cette nouvelle saison. Claudio Ranieri notamment était évoqué. Mais peut-être refroidi par l’expérience Marcelo Bielsa qui a mal tourné, les dirigeants de Lille ont préféré faire appel à un entraîneur français, pas forcément réputé pour la qualité de son jeu mais assez reconnu pour ses qualités humaines. En effet, si Gourvennec n’a pas tout réussi depuis ses débuts en tant que coach, il a toujours laissé de bons souvenirs partout où il est passé. Mais cela sera-t-il suffisant à Lille, où les résultats de l’an passé mettront directement sous pression Gourvennec ?

Les objectifs du club seront toutefois revus à la baisse cette année par rapport à l’an passé. D’ailleurs, sans Christophe Galtier, parti en froid, et avec le départ attendu de plusieurs joueurs-cadres, impossible pour le LOSC de prétendre à un nouveau titre, sa cote à 15,00 sur les sites de pari sportif pour une nouvelle première place en est une preuve cinglante. Ces attentes légèrement moindres permettront-ils à Jocelyn Gourvennec de réussir dans ce club, alors qu’il reste sur deux échecs personnels lors de ses deux derniers passages sur un banc ?

Ses tout débuts avaient pourtant été couronnés de succès, d’abord dans le club amateur de La-Roche-Sur-Yon, avant de percer aux yeux du grand public avec l’En Avant Guingamp. Il passera tout de même 6 ans en Bretagne, qu’il rejoint alors que le club est en National. Quand il partira en Mai 2016 pour rejoindre les Girondins de Bordeaux, il laissera le club des Côtes-d’Armor solidement installé en Ligue 1, et surtout avec une victoire en finale de la Coupe de France 2014 face au voisin rennais qui aura permis à Guingamp, club d’une ville de 7 000 habitants, de participer à la Ligue Europa pour la première fois de son histoire. Le club parviendra même à atteindre les seizièmes de finale de la compétition avant d’être éliminé par le Dynamo Kiev malgré une victoire au match aller.

Ses débuts réussis avec un effectif pourtant de faible qualité lui ouvriront donc les portes des Girondins de Bordeaux où il était censé continuer sa progression. Malheureusement, à part Laurent Blanc, Bordeaux est un club qui a souvent eu tendance à faire échouer même les meilleurs entraîneurs, et Jocelyn Gourvennec n’échappera pas à la règle. Malgré une première saison encourageante finie à la 6ème place, il sera limogé dès la saison suivante, au cœur de l’hiver, suite à une série de mauvais résultats conclue par une défaite à domicile face au Stade Malherbe de Caen. C’est le premier gros échec dans la carrière de Gourvennec.

Il rebondira quelques mois plus tard en retournant à Guingamp pour prendre la place d’Antoine Kombouaré, limogé en Novembre 2018, celui-là même qui l’avait remplacé sur le banc suite à son départ à Bordeaux. Il prend le club en position de relégable et en pleine crise de jeu et, malgré un léger mieux, il ne pourra empêcher le club d’être relégué en fin de saison. Ne souhaitant pas retourner entraîner en Ligue 2, Gourvennec annonce qu’il quitte le club à l’été 2019, et on ne l’a pas revu sur un banc depuis lors mais uniquement sur les plateaux de télé du Canal Football Club en tant que consultant.

Le choix des propriétaires du LOSC d’engager un entraîneur qui n’a plus coaché depuis 2 ans et qui reste sur un licenciement et une relégation est donc étonnant. A cela s’ajoute sa réputation d’un entraîneur développant un jeu peu flamboyant, adepte d’un 4-4-2 sans excentricité et misant avant tout sur une solide base défensive plutôt qu’un jeu de possession ou de vitesse.

Mais Gourvennec avait d’autres éléments en sa faveur, outre son prix abordable pour un club en recherche d’économies. D’abord, sa première expérience à Guingamp où il a su magnifiquement magnifier un groupe qui n’était pas taillé pour la Ligue 1 à la base. Ensuite, partout où il est passé, il a laissé une image positive, proche de ses joueurs, peu colérique ou prompt aux excès, en somme un homme au tempérament calme et posé, deux qualités importantes pour maîtriser un groupe qui fera face à beaucoup de pression cette année.

Si le CV de Gourvennec n’est pas impressionnant, ses qualités humaines et ses réussites au tout début avant ses deux gros échecs parlent pour lui. Surtout, elles rappellent presque trait pour trait la carrière de Christophe Galtier avant son arrivée à Lille. A voir désormais si la belle histoire se répétera, on ne peut que l’espérer même si on a du mal à y croire.