Trophée des Champions

Lille domine le PSG ! (résumé et notes)

Joie de Xeka
Joie de Xeka

Au terme d'une rencontre équilibrée et engagée, le LOSC remporte le Trophée des Champions au détriment du Paris Saint-Germain (1-0) ce dimanche. Un match tactique, et plein d'enseignements.

Trophée des Champions - Final

Lille
1 - 0 - Paris
Xeka 45'

L'heure de la revanche. Après avoir perdu le titre de champion de France la saison passée au profit de Lille, le Paris Saint-Germain a eu l'occasion ce dimanche de remettre les pendules à l'heure à Tel-Aviv, à l'occasion du Trophée des Champions. Car même si les deux équipes ne sont pas les mêmes que la saison dernière, l'esprit de compétition a été important ce soir, pour marquer les esprits.

Avec une équipe amoindrie par les blessures et le retour tardif des internationaux, le club de la capitale a fait confiance aux joueurs présents depuis le début de la préparation. En face, Jocelyn Gourvennec a succédé à Christophe Galtier sur le banc du LOSC, et s'est appuyé sur les bases de la saison dernière pour bâtir son équipe.

Hakimi a apporté de l'intensité

Dès le début du match, les deux formations ont mis beaucoup d'engagement dans les courses et les interceptions, illustrant l'importance de match pour les deux clubs. Les Parisiens ont mis rapidement le pied sur le ballon, mais ce sont bien les Dogues qui ont eu la première occasion. À la suite d'une faute d'Hakimi sur Bamba, un coup franc est accordé proche de la surface aux Nordistes. Yilmaz se charge de le tirer, mais Navas s'interpose et le repousse en corner (6e). Sur le corner qui suit, le gardien costaricain s'est de nouveau mis en travers du chemin du Turc !

Celui qui a sonné la révolte côté parisien, c'est Achraf Hakimi. Arrivé cet été, l'ancien joueur de l'Inter a beaucoup apporté dans son couloir, et a posé des difficultés à l'arrière-garde lilloise, malgré la compacité du bloc (4-4-2). Avec sa vitesse (14e), son endurance et sa qualité technique (39e), le Marocain a été le plus dangereux en première période. Il a été spectateur sur la plus grosse occasion des Parisiens en premier mi-temps, menée par la belle frappe de Draxler détournée par Jardim (28e).

Le coup de canon de Xeka

Ensuite, Paris a commencé à prendre le dessus et a récupérer des ballons haut sur le terrain. Mais cette situation correspond aussi aux Lillois, qui ont pu profiter des espaces dans le dos des défenseurs parisiens pour faire quelques contre-attaques (40e). Ainsi, le PSG a commencé à reculer pour bloquer ces espaces. Sur une touche proche de la surface, Yilmaz prend le dessus sur Kehrer, et décale Xeka. Le Portugais, avec beaucoup de spontanéité, déclenche un boulet de canon qui a fini sa course dans la lucarne de Navas (45e) ! Le LOSC marque au meilleur moment, juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, le PSG a tout de suite remis le pied sur le ballon, sans pour autant se montrer dangereux dans les premières minutes. Malgré tout, le bloc lillois a commencé à perdre des duels et à reculer au fil des minutes. Sur un corner, Kimpembe gagne son duel de la tête et trouve Diallo, qui manque le cadre de peu (56e) !

Peu après l'heure de jeu, le match s'est emballé. Les deux équipes ont laissé plus d'espace, et chaque ballon est devenu précieux. La pause fraîcheur a permis de calmer cela, et pendant ce temps-là, Georginio Wijnaldum a fait son entrée en jeu, à la place du jeune Dina Ebimbe. Il s'agit des premiers pas du Néerlandais avec le maillot parisien. Et dès son entrée en jeu, l'ancien joueur de Liverpool a apporté des solutions offensives, notamment pour Icardi, qui a cru égaliser, mais l'Argentin était en position de hors-jeu (75e). La fatigue et la chaleur ont ensuite fait baisser le rythme de la rencontre jusqu'à cette dernière occasion de Wijnaldum, mais Jardim a maintenu sa cage inviolée (90+1e). Paris n'a pas réussi à prendre sa revanche et tombe une nouvelle fois contre le LOSC. Dans le même temps, Lille s'adjuge le premier trophée des Champions de son histoire et met fin à une série de huit titres de suite dans cette compétition.

Le combat tactique des deux coachs

Attendu pour son premier match officiel avec le LOSC, Jocelyn Gourvennec a remporté le combat tactique contre son homologue Mauricio Pochettino. Avec un 4-4-2 en phase défensive bien regroupé, les Parisiens ont eu du mal à contourner le bloc des Dogues. Avec des contre-attaques rapides, ou des attaques placées avec notamment Djalo qui s'intégrèrent à la défense centrale, pour faire un 3-4-3, les Lillois ont donné du fil à retordre aux Parisiens.

De son côté, Pochettino a fait la même chose. Avec Danilo qui s'immisce entre les deux défenseurs centraux à la relance, le PSG est passé d'un 4-3-3 à un 3-4-3 en phase offensive, permettant à Hakimi notamment de prendre son couloir et de jouer haut. Malheureusement pour le club de la capitale, la défense des champions de France en titre a bien tenu.